Il faut être un super-héros pour passer au bio !

Passer au bio, ça ne se fait pas du jour au lendemain ! La conversion d’une exploitation agricole prend 2 à 3 ans, le temps nécessaire à l’obtention du label. Durant cette période, l’exploitant cultive déjà selon le cahier des charges du bio : il voit ses rendements baisser et ses coûts de production augmenter. N’étant pas encore certifié, il ne peut répercuter cette pression financière sur ses prix de vente.

Agriculteur-marque-Transition-biologique

Il faut être un super-héros pour passer au bio !

Passer au bio, ça ne se fait pas du jour au lendemain ! La conversion d’une exploitation agricole prend 2 à 3 ans, le temps nécessaire à l’obtention du label. Durant cette période, l’exploitant cultive déjà selon le cahier des charges du bio : il voit ses rendements baisser et ses coûts de production augmenter. N’étant pas encore certifié, il ne peut répercuter cette pression financière sur ses prix de vente.

Agriculteur-conversion-biologique-Transition

Il faut être un super-héros pour passer au bio !

Passer au bio, ça ne se fait pas du jour au lendemain ! La conversion d’une exploitation agricole prend 2 à 3 ans, le temps nécessaire à l’obtention du label. Durant cette période, l’exploitant cultive déjà selon le cahier des charges du bio : il voit ses rendements baisser et ses coûts de production augmenter. N’étant pas encore certifié, il ne peut répercuter cette pression financière sur ses prix de vente.

Agriculteur-marque-Transition-biologique
Aide-conversion-biologique-transition

Ils ne sont pas bio nos partenaires ?

Soucieux d’une agriculture plus durable, ils se sont lancés dans l’aventure de la conversion biologique. Ils cultivent déjà selon le cahier des charges du bio mais n'obtiendront leur label "AB" qu'à la fin de leur 2 à 3 ans de conversion.

Carte de france-Transition
Agricultrice-conversion-biologique-Transition-

Mathilde

Productrice de blé
Châtaincourt (28)

Mathilde a rejoint son père sur l’exploitation familiale en 2009. Soucieuse de préserver sa santé, elle décide de convertir ses 135 hectares, un vrai challenge ! Malgré les nombreuses difficultés, Mathilde a trouvé dans le bio ce qu’elle recherchait : un bel équilibre.

Pascal et Stephanie-agriculteurs-en-conversion-biologique

Pascal et Stéphanie

Producteurs de poires
Saint-Pierre Montlimart (49)

Pascal a repris l’exploitation de son père et de son grand-père dans le Val-de-Loire où il travaille avec Stéphanie. Le couple convertit peu à peu leurs vergers en bio depuis 2008. Précurseurs au sein de leur coopérative, ils ont inspiré tous les autres arboriculteurs.

David

Producteur de pommes
Chenu (72)

Cet ancien pompier volontaire a le goût du challenge ! David a repris l’exploitation familiale dans la Sarthe où il travaille avec sa femme et son frère. Notre super-agriculteur convertit peu à peu ses vergers depuis 2015, avec le souci de préserver l’environnement.

Agricultrice-conversion-biologique-Transition-

Mathilde

Productrice de blé
Châtaincourt (28)

Mathilde a rejoint son père sur l’exploitation familiale en 2009. Soucieuse de préserver sa santé, elle décide de convertir ses 135 hectares, un vrai challenge ! Malgré les nombreuses difficultés, Mathilde a trouvé dans le bio ce qu’elle recherchait : un bel équilibre.

Pascal et Stephanie-agriculteurs-en-conversion-biologique

Pascal et Stéphanie

Producteurs de poire
Saint-Pierre Montlimart (49)

Pascal a repris l’exploitation de son père et de son grand-père dans le Val-de-Loire où il travaille avec Stéphanie. Le couple convertit peu à peu leurs vergers en bio depuis 2008. Précurseurs au sein de leur coopérative, ils ont inspiré tous les autres arboriculteurs.

David

Producteur de pommes
Chenu (72)

Cet ancien pompier volontaire a le goût du challenge ! David a repris l’exploitation familiale dans la Sarthe où il travaille avec sa femme et son frère. Notre super-agriculteur convertit peu à peu ses vergers depuis 2015, avec le souci de préserver l’environnement.

Thomas-agriculteur-en-conversion-biologique

Thomas

Producteur de lentilles
Saint-Laurent-des-Bois (27)

Dès son arrivée sur l’exploitation familiale, le jeune homme se lance dans la conversion biologique. Aidé de son père, il repense l’ensemble de l’activité : des semis à la commercialisation. L’aventure est loin d’être terminée mais le binôme est heureux du chemin parcouru.

Aidé de son père, il repense l’ensemble de l’activité : des semis à la commercialisation. L’aventure est loin d’être terminée mais le binôme est heureux du chemin parcouru.

Gilles-Agriculteur-en-conversion-biologique

Gilles

Producteur de miel
Rurey (25)

Fier du patrimoine naturel de sa région, il a décidé de changer ses méthodes de production pour conserver cet environnement exceptionnel.

Agriculteur-conversion-biologique-Transition-

Edouard

Producteur de potimarrons
Annoeulin (59)

Souhaitant arrêter l’utilisation de produits phytosanitaires de synthèse, Edouard change ses méthodes agricoles. Les principales difficultés selon lui ? Trouver des solutions durables pour le désherbage et le traitement des maladies.

Thomas-agriculteur-en-conversion-biologique

Thomas

Producteur de lentilles
Saint-Laurent-des-Bois (27)

Dès son arrivée sur l’exploitation familiale, le jeune homme se lance dans la conversion biologique. Aidé de son père, il repense l’ensemble de l’activité : des semis à la commercialisation. L’aventure est loin d’être terminée mais le binôme est heureux du chemin parcouru.

Gilles-Agriculteur-en-conversion-biologique

Gilles

Producteur de miel
Rurey (25)

Fier du patrimoine naturel de sa région, il a décidé de changer ses méthodes de production pour conserver cet environnement exceptionnel.

Agriculteur-conversion-biologique-Transition-

Edouard

Producteur de potimarron
Annoeulin (59)

Souhaitant arrêter l’utilisation de produits phytosanitaires de synthèse, Edouard change ses méthodes agricoles. Les principales difficultés selon lui ? Trouver des solutions durables pour le désherbage et le traitement des maladies.

Produits en conversion Transition

Votre super-pouvoir : aider nos agriculteurs à passer au bio

Pour soutenir David, Stéphanie, Gilles, Thomas et tous les autres dans leur conversion biologique, nous avons créé une gamme de produits d'épicerie qui les rétribue justement durant cette période difficile.